LIVRE D'OR
Si vous souhaitez que vos AVIS, CRITIQUES, COMPLIMENTS 
apparaissent sur le LIVRE D'OR
Rendez vous sur la page CONTACT 
J'ai lu ce roman avec beaucoup d'intérêt et de plaisir. J'ai apprécié l'érudition, la qualité des langues, chaque personnage ayant la sienne propre. Les personnages sont attachants, les péripéties tiennent en haleine (...). Les apartés historiques sont très intéressants. Bref, ce fut un plaisir de se plonger  dans cette histoire, d'autant que le cimetière d'Ivry, l'église et la rue Palissy ont été sous mes fenêtres  pendant 20 ans ! Maintenant, j'attends le prochain roman!
Monique Cordin (49) . Février 2017
Si Edgard Poe et Charles Dickens s'étaient essayés à un roman à quatre mains... Sous la forme d'une intrigue oppressante teintée de fantastique, un cauchemar déroutant se dessine peu à peu. Le roman devient prétexte à une quête personnelle d'un Graal qui se dérobe sans fin... Quand Dieu oublie le siens... nous renvoie alors à nos peurs primitives et au caractère inéluctable du destin. Imparable! Un premier roman addictif aux qualités littéraires rares.
Grünnif JH (13). Février 2017
Un livre captivant à l'écriture précise et riche.
US Mag N°767. Février 2017
Un livre d'une grande qualité, des personnages auxquels on s'attache fort et vite, un vocabulaire précis, une vraie intrigue prenante... Enfin bref, un très bon roman à la croisée de plusieurs chemins. Merci pour la belle aventure.
Yann Lozier (13). Janvier 2017
Le roman, je vais parler comme les jeunes, "c'est de la bombe". Merci pour ce roman que je me suis vraiment régalé à lire. Ça faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir avec un livre. J’espère que pour le prochain je n’aurai pas à attendre 15 ans. Encore merci. 
Jean Bernard Castano (13). Janvier 2017 
Fort documenté sur les usages et croyances de la Belle Epoque, ce roman atypique tient le lecteur en haleine. 
Arles Info n°208. Janvier 2017
Une belle découverte à la croisée des genres entre Zola, Lackberg et Dos Santos. Merci de m'avoir amenée dans la région parsienne et merci pour ces très belles pages d'écriture.
Anne Burie (13). Décembre 2016
Valid XHTML 1.0 Transitional